Review anime : Simoun

Salut tout le monde, ça fait un moment que je n’ai pas fait de nouvelle review, il est temps de corriger cela. C’est parti pour Simoun, un animé de science-fiction et de romance qui, une fois n’est pas coutume, a d’abord été sous format animé avant d’être adapté en manga.

29109Episodes : 26

Thèmes : Guerre – Religion

Genres : Drame – Fantasy – Romance -Science-Fiction – Shōjo ai

Studio : Studio DEEN

 

 

 

Synopsis :

L’histoire se déroule sur la planète Daikûriku, en orbite autour d’une étoile binaire (comme Tatooine). Trois nations, la Terre-Sainte du Simulacrum,

59766
Aaeru

l’archipel d’Argentum et les Hautes-Terres de Plumbum sont en guerre, pour des raisons principalement économiques.

Sur Daikûriku, tout les êtres humains naissent de sexes féminins. Dans l’archipel d’Argentum, le sexe de certains citoyens est changé à leur naissance. Dans la Terre-Sainte, un rituel religieux effectué à la Source lors du passage à l’age adulte détermine définitivement le sexe.
La Terre-Sainte a un avantage considérable sur ses opposants : Elle possède les Simouns, des engins volants, capable de voler à une vitesse, une altitude, et avec une aisance inégalée par les autres machines volantes.

59767
Neviril

Pour fonctionner, les Simouns ont besoins d’être pilotés par un tandem de prêtresses : Les Simoun Sybillae, qui offrent leurs prières au Tempus Spatium, et qui n’ont pas encore choisies de sexe définitif. Les simouns (qui ne sont pas fabriqués mais découverts lors de fouilles archéologiques) sont considérés comme des créations divines.

Les simouns peuvent tracer de gigantesques runes dans le ciel : Les Ri-Mâjon, qui peuvent anéantir par centaines les engins ennemis.

L’histoire se focalise sur l’unité d’élite des Sybillae, Le Chor Tempest : Aaeru, une nouvelle recrue qui ne vit que pour piloter des Simouns, Neviril, la commandante (regina) du Chor Tempest, et toutes les autres jeunes filles dans leurs lutte vers la fin de la guerre, et vers leurs passage à l’age adulte.dbf9_7

Avis :

Il y a beaucoup de choses à dire sur cet animé.

L’univers :

Comme vous avez pu le remarquer, le monde dans lequel se déroule l’action est très riche : Une bonne partie du scénario viendra d’éléments extérieurs au Chor Tempest. Cela rend l’animé intéressant, mais parfois au détriment des personnages : Le chor Tempest est composé d’une douzaine de prêtresses, et il sera parfois difficile de se rappeler les relations des personnages entre eux.

c00e2b4ab0c89db3752c1495c2c0bef5
Le Chor Tempest. De gauche à droite : Yun, Mamiina, Limone, Floe, Aaeru, Alti, Paraietta, Kaimu, Neviril, Rodoreamon, Morinas.

Les personnages :

Comme je l’ai dit, l’action se focalise sur le Chor Tempest, composé de Sybillae pilotants les Simouns. Est-ce que j’ai précisé que les Simouns ne pouvaient décoller que si leurs pilotes s’embrassaient ? Maintenant, oui. Les Sybillae doivent être connectées par leurs coeurs pour pouvoir piloter les Simouns (un peu comme les pilotes de Jaeger dans Pacific Rim). Rassurer-vous, l’animé n’est pas constitué que de quelques embrassades : Les relations entre les personnages seront nombreuses et diverses, bien qu’un peu fouillis par moment.231790

Le dessin :

Simoun est un animé très coloré (vous l’aurez sans doute compris en regardant les images présentes dans l’article), on se croirait dans un épisode de Precure ! Cela donne un coté, je trouve, très high-fantasy à cet animé. Certes, il y a du moe, mais pas jusqu’à l’indigestion (ensuite, tout dépend de votre tolérance au moe). Gros point fort également pour le dessin des vaisseaux qui est absolument somptueux.63631227_p

Les musiques :

Je tiens a être très clair sur ce point : Les musiques de Simoun sont absolument splendides. Les thèmes orchestraux apportent une ambiance très aérienne et majestueuse, qui s’accorde parfaitement avec les autres éléments de l’animé. L’opening, [Utsukushi Kereba Sore de ii], de Chiaki Ishikawa, est une perle.60832232_p

L’histoire :

De nombreux thèmes sont abordés dans Simoun. De manière assez prévisible, celui du passage à l’âge adulte, que l’on retrouve dans beaucoup d’animés. Il s’accompagne cependant ici d’un facteur inhabituelle : La Source, qui détermine un tournant définitif dans la vie des personnages. C’est cette crainte de « non-retour » qui convint certaines Sybillae de continuer à se battre. Il y a là un paradoxe : Les héroïnes pourront prendre part à la guerre enfant, mais ne le pourront plus une fois adulte.51efzbw2frl

Le thème de la guerre est abordé, tout comme celui de la religion. Les deux sont liés de manière assez pessimiste : Les Simouns sont des chars divins, mais sont utilisés comme des armes de guerre. Les Ri-Mâjon sont des prières au pouvoir destructeur. Et les héroïnes sont des prêtresses, mais qui tuent leurs opposants par centaines. Je ne sais pas si Simoun peut se targuer d’être un animé pacifiste, mais il n’est en tout cas pas complaisant sur la guerre, sur ses causes, et sur ses conséquences.simoun003

Le thème de l’homosexualité est également abordé. L’animé est assez trompeur, je pense, à ce sujet. On peut d’abord penser que le yuri est là uniquement pour montrer des jolies filles en train de s’embrasser. Et c’est sans doute effectivemment une des raisons, mais pas que. L’homosexualité semble tout à fait acceptée quand elle a lieu entre Sybillae, mais semble tabou lorsqu’il s’agit de personnes adultes.8ly0wj

Conclusion :

Simoun est un animé très fort, parfois cruel, pessimiste par sa vision de la guerre, mais au final, optimiste par sa vision de l’enfance : Ce n’est pas un trésor qui sera perdu lors du passage à l’âge adulte, mais une étape essentielle qui determinera qui l’on sera au cours de notre vie. Grosse ombre au tableau : Simoun met du temps à démarrer. J’ai flané sur quelques forum, et je pense que pas mal de gens ont abandonnés la série avant qu’elle ne commence réellement. Quoi qu’il en soit, tenez bon, le jeu
en vaut la chandelle ! Après tout, les séances d’Anim’EISTI aussi mettent du temps à démarrer !simoun_scan_01

 

1 pensée sur “Review anime : Simoun”

  1. Très intéressant, ça vaut sûrement le coup ! J’avais déjà entendu parler de cet anime mais je ne m’y suis jamais vraiment intéressé. L’univers à l’air fascinant, avec un côté aérien qui me fait penser au Château dans le ciel, et je dois dire que je suis plutôt adepte du Shoujo Ai. Et puis, il y a l’air d’avoir un peu de réflexion et de philosophie derrière tout ça, un mélange qui me plaît !

Laisser un commentaire