Les œuvres de Type-Moon n°3: Kara No Kyoukai !

Bonsoir. Alors que la guerre du Graal fait toujours rage sur vos écrans, voici encore de quoi vous rassasier cet été, et Type-Moon vous a préparé une série qui tue. Littéralement.

Kara no Kyoukai 5 Mujun Rasen

Pour cette 3ème édition on parle de Kara No Kyoukai, alias The Garden Of Sinners, abrégé KnK, un animé au format original puisqu’il contient 8 films.

Replaçons l’œuvre dans son contexte. L’écriture de KnK a commencé en 1998 bien avant la création de Fate, et même avant la sortie du Visual Novel de Tsukihime. Ce qui n’était à l’origine qu’un Light Novel de quelques chapitres puis un roman de plusieurs tomes, a été adapté bien plus tard en animé, entre 2007 et 2013.

La sortie du premier film, Kara no Kyoukai : Fukan Fuukei en 2007 marque un tournant chez Type-Moon car c’est le début de leur coopération avec Ufotable et va s’en suivre tous les autres animés qui font le succès de la société aujourd’hui.

See original image


L’intrigue


Ryougi Shiki est une fille mystérieuse, peu sociable, ayant plusieurs personnalités : A la suite d’un accident, elle devient capable de percevoir la mort de toute chose vivante ou non-vivante, et d’en découper les lignes. Hantée par le vide laissé dans son âme après cet accident, elle est mêlée au surnaturel et au crime, alors qu’elle cherche encore un sens à son existence.

Kokuto Mikiya est intrigué par Shiki et tout le mystère qui l’entoure. Alors qu’il essaye de comprendre qui elle est, et est de plus en plus attiré vers elle, il découvre qu’elle semble impliquée dans des événements tragiques…

L’histoire de Kara no Kyoukai est très sombre, et parfois très complexe. C’est un savant mélange de Surnaturel, de Thriller, et de Psychologie. Néanmoins l’intrigue possède aussi un fond de Romance essentiel à toute la saga et bien sur, un bon lot d’action.

See original image

Note importante : Ne soyez pas surpris si vous êtes déjà perdu lorsque vous abordez le premier film. Kara no Kyoukai est en effet particulier car les films ne sont pas dans l’ordre chronologique. Il est essentiel de les regarder dans l’ordre de parution, mais il est utile d’avoir en tête la chronologie que voici avec les périodes correspondantes :

  • KnK 2 : Enquête criminelle 1.0 (1995 – 1996)
  • KnK 4 : L’abime du temple (1996 – 1998)
  • KnK 3 : Douleur persistante (1998)
  • KnK 1 : Vue surplombante (1998)
  • KnK 5 : Spirale Contradictoire (1998)
  • KnK 6 : Souvenirs oubliés (1999)
  • KnK 7 : Enquête criminelle 2.0 (1999)
  • KnK 8 : Mirai Fukuin (1998 & 2010)
  • Extra : Epilogue / Boundary of Emptiness (OAV 20min, bonus pour les gens motivés)

Les personnages


Une attention particulière est mise sur la personnalité de Shiki, sans conteste le personnage le plus complexe du Nasuverse. C’est un personnage incroyablement recherché qui contient plein d’oppositions et de paradoxes. Son calme presque troublant, son allure de fille de bonne famille (elle est toujours habillée en yukata traditionnel japonais), font contraste avec ses troubles, son pouvoir meurtrier et sa veste en cuir rouge. Sa personnalité même est un paradoxe né de l’opposition entre deux entités bien différentes.

Mikiya au contraire est un garçon normal, attentionné, un peu naïf, déterminé dans ce qu’il fait et prêt à aider n’importe qui dans le besoin. Son caractère fait encore une fois totalement opposition avec celui de Shiki.

Aozaki Touko
Aozaki Touko

Certains personnages secondaires gagnent de l’importance au fil des films, tel que Aozaki Touko, mage de talent spécialisé dans la conception de marionnettes humaines, qui prend sous son aile Shiki et Mikiya, et dirige l’agence Garan no Dou.

Kokuto Azaka, petite sœur de Mikiya qui suit les enseignements de Touko, possède un rôle assez limité au 6ème film dans lequel elle est le personnage principal. Elle est incarne une des rares touches positives et comiques de la série.

http://www.projectsaber.com/wp-content/uploads/2009/08/azaka_6.jpg

Bonus : Aozaki Touko et sa petite sœur Aozaki Aoko (introduite dans Tsukihime) sont deux mages très puissantes et très importantes dans la communauté de la Tour de Londres, mentionnée dans Fate. Pour info, les sœurs Aozaki sont les principaux personnages de Mahou Tsukai no Yoru, un Visual Novel sur lequel je ferais (peut-être) un article prochainement.

Kokutou Azaka

 Les graphismes et la bande son


Je ne vais pas m’attarder sur les graphismes. Rien que le fait de mentionner ufotable devrait vous suffire à présent. Les graphismes sont très beaux, détaillés, bien adaptés à la série et à l’ambiance qu’elle souhaite dégager. On reconnait la fluidité des scènes d’action de ufotable dans les mouvements rapides et agiles de Shiki. Admirez !

See original image

On note tout de même une nette amélioration de graphismes entre le premier et le dernier film.

La bande son quant à elle, est encore une fois stupéfiante. L’OST de Kara no Kyoukai est réalisée par Kajiura Yuki, et c’est, au même titre que l’OST de Fate/Zero, un vrai bijou. Des musiques qui collent toujours parfaitement à l’ambiance, du mystère, de l’émotion. Même les scènes d’actions sont animés avec des musiques à la fois captivantes et magnifiques. Le thème musical de Shiki est particulièrement beau et captivant : écoutez un extrait ici.

http://img00.deviantart.net/ab64/i/2011/157/a/d/shiki_ryougi_vector_by_zakenna-d3i6h18.jpg

Kajiura Yuki a aussi monté spécialement pour la série un groupe de chanteuses nommé Kalafina, ayant réalisé toutes les musiques et les génériques de fin, et qui a composé par la suite d’autres OST d’animés (notamment dans Fate/Zero et dans Fate/UBW bien sur).


La philosophie et la symbolique de l’œuvre


On pourrait vraiment discuter une journée entière sur la symbolique de cet œuvre, qui contient vraiment un tas de références à la religion, et au Nasuverse.

Le 5ème film, en est le plus frappant. Il possède un style de narration bien particulier incroyablement recherché, qui trouble énormément, par ses sauts temporels et ses références cachées un peu partout, tel que le motif de la spirale (le titre du film n’est pas là pour rien). Le plus surprenant est que ce film introduit des concepts clés importants pour la compréhension de l’univers de Fate, tel que l’accès à la racine, but initial de la guerre du Graal, et la spirale de l’origine (concept tiré du bouddhisme).

See original image

Les thèmes abordés par cet animé sont nombreux : le meurtre, l’âme (son contenu, son origine, son but …), la douleur, l’amour, et bien d’autres encore que je vous laisserais découvrir par vous même.

En bref, on est très loin d’un shounen ou d’un simple divertissement. C’est ce côté très sérieux, mature et réfléchi de l’œuvre qui j’ai vraiment adoré, et que je recherche encore et toujours dans un animé.


Voilà encore une review de terminée. N’hésitez pas à dire ce que vous avez pensé de la série si vous l’avez vue, ou encore à faire des remarques sur cet article !

See original image

En attendant de prochaines chroniques, tuez bien le temps !

Auteur : tansquer

Pour plus d'infos sur ce que j'ai vu, et ce que j'aime, rendez-vous sur MyAnimeList (profil: Tansquer)

3 réflexions sur « Les œuvres de Type-Moon n°3: Kara No Kyoukai ! »

    1. Ah ah, je vais pas te le cacher, c’est par moment très sombre, surtout dans le 1er et le 3eme film, mais le 6 l’est beaucoup moins. Chaque film est tellement différent, que la série passe par beaucoup de genres. Pour te rassurer, je te dirais que sur l’ensemble, c’est l’une des romances qui m’a le plus touché !

Laisser un commentaire