Review anime : Kuragehime

Salut les Eistiens ! C’est parti pour une nouvelle review, aujourd’hui on s’attaque à Kuragehime, peut-être plus connu sous le nom de Princess Jellyfish.

kuragehime_1892Episodes : 11

Thème : Otaku – Parodie

Genre : Comédie – Romance – Josei

Studio : Brain’s Base

 

 

 

Synopsis :

104427
Tsukimi Kurashita

Tsukimi Kurashita est une jeune femme mal-à-l’aise en société qui n’a qu’une passion : Les méduses, dont la beauté et la grâce lui évoque celle des princesses.

Partageant un pensionnat avec un groupe de femmes recluses et excentriques (se surnommant les Nonnes), elle passe son temps à dessiner des méduses et à les observer dans des aquariums. Alors qu’elle vient rendre visite à Clara, une petite Magistias Papua, elle remarque que cette dernière est en danger de mort. Apparaît alors une très belle femme, Kurako Koibuchi qui sauve la vie de Clara.

101904
Kurako Koibuchi  
Spoil : Kuranosuke Koibuchi

Lorsque cette princesse s’incruste dans le pensionnat, c’est le début d’une vie mouvementée pour Tsukimi qui devra défendre son foyer, résoudre ses problèmes de cœur, et réaliser son rêve de devenir une créatrice.

Avis :

La première chose qui vous frappera en regardant Kuragehime sera ses personnages très divers, à la fois d’apparence que de personnalité. Visuellement, cela change agréablement de certains autres animés où les personnages sont difficiles à distinguer les un des autres, souvent en raison du moe (il y a

104388
Clara

très peu de moe dans Kuragehime, soyez prévenus !). C’est d’autant plus important quand on sait que la question de l’apparence physique et vestimentaire occupe une grande place dans cet animé.

Niveau personnalités : Chaque personnage en a une très marquée. Les Nonnes ont toutes un hobbies assez peu commun (par exemple, Tsukimi et ses méduses) et, bien loin d’en avoir honte, clament leurs amours pour les méduses, les trains, ou l’Histoire des Trois Royaumes, tout en affichant leurs mépris pour les gens sociables (qu’elles considèrent comme des hipster).

maxresdefault
Les nonnes, minus Juon Mejiro. De gauche à droite : Jiji, Chieko, Mayaya, Tsukimi et Bamba

L’humour est présent tout au long de la série, et est relativement recherché, on évite les traditionnels gag boobs (je ne vise personne^^). Est est souvent issue de la personnalité assez excentrique des personnages.

Les musiques sont discrètes et appropriées.

Cet animé est issu du manga du même nom, qui a remporté le prix de meilleur manga shōjo lors du prix du manga Kōdansha en 2010. Le manga est édité en France par Delcourt. Une série télévisée ainsi qu’un film live en ont également été adaptés.

tumblr_nqeg36v8am1utl2ylo1_500

Bref, je ne saurais que vous conseiller d’aller voir cet animé, c’est vraiment une très bonne surprise. Attention quand même, l’animé s’arrête aux alentours du chapitre 30 du manga (sur 81), l’intrigue ne sera donc peut-être pas tout à fait résolue.

tumblr_n6i9kfgyzf1qjlwa8o1_500

Sur ce, à bientôt pour une nouvelle review !

2 réflexions sur « Review anime : Kuragehime »

  1. Ça a l’air très particulier, mais déjà plus mature que les Shoujo Ai que j’ai vus ! Et bien joué pour le petit ‘spoil’ en blanc sur blanc, fallait y penser !
    Et t’aurais pas une image un peu surdimensionnée ? Et des sauts de ligne en trop sur la fin de l’article ?

Laisser un commentaire